Ciné-Zoom

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Accueil Livres Ciné PREMONITIONS

PREMONITIONS

( 7 Votes )

Roman

D'anticipation

De David Hepburn

Disponible aussi en version numérique

Aux Editions Les Nouveaux Auteurs


DAVID HEPBURN

 

Prémonitions

Roman

Par l’auteur du best-seller "Le cercle du  silence"

« Un grand auteur de talent a été découvert » Paulo Coelho

« Certains laboratoires et centres de recherches universitaires ont  récemment découvert le moyen de rendre des cellules immortelles. Ces découvertes vont permettre de guérir plus facilement nombre de maladies, et de prolonger la vie de façon spectaculaire. Le plus vieux rêve de l’humanité est donc en train de devenir réalité. »

Et si tout allait changer plus rapidement qu’on ne l’imagine ...

Victoria est une chercheuse bardée de diplômes, mais elle a aussi un don qui la distingue de ses confrères. Si ce don est exceptionnel, il est également encombrant par rapport au monde scientifique établi, car il va orienter ses travaux dans une direction inhabituelle et diamétralement opposée de ce qui a été réalisé jusqu’à ce jour.

Elle doit donc s’efforcer de concilier paranormal et recherche de pointe. C’est pourtant grâce à ce don qu’elle découvre, avec son équipe, un moyen inattendu de retarder l’horloge biologique de plusieurs dizaines d’années …

Mais ce qui devrait créer l’enthousiasme et l’engouement général n’est, cependant, pas du goût de tout le monde …

 

Tout comme le précédent, ce prochain roman de David Hepburn est basé sur des réalités, et l’auteur nous emmène dans une aventure palpitante où sont confrontées deux philosophies, celle de l’ancien et du nouveau monde à venir, qui s’affrontent dans un duel impitoyable.

Sortie version numérique de "prémonitions" à 12,99 € (e-book). Disponible pour principaux modèles de lecteurs type Sony Reader ou le Kindle d'Amazon.

Prix : 19,95€

 

Le grand fantasme de l’immortalité

serait-il en train de devenir réalité ?

L’immortalité de l’âme et du corps fascine l’être humain depuis la nuit des temps. Une des histoires qui a le plus frappé les esprits au 19 et 20ème siècle est certainement celle du Dr. Frankenstein.

Cette histoire faisait très peur à l’époque, car le sujet était abordé d’une façon macabre : il ne s’agissait pas de trouver l’élixir de longue vie ou la fontaine de jouvence, mais plutôt de donner vie à une créature.

L’origine du côté macabre de cette histoire est, en fait, assez simple. Lors d’un été pluvieux de 1816, les poètes Lord Byron et Percy Shelly, accompagnés de leurs compagnes respectives, Claire Byron et Mary Godwin (alors fiancée de Shelly), ainsi que par un de leur ami, le Dr. Polidari, s’ennuyaient à mourir depuis plusieurs jours dans une grande maison froide et humide des bords du Lac Léman, en Suisse. Lord Byron propose alors, pour passer le temps, d’entamer un concours d’histoires terrifiantes.

C’est ainsi que le Dr. Frankenstein est né dans la nuit du 16 juin 1816, sous la plume de Mary Godwin-Shelley. Mais cette histoire lui est directement inspirée par la vie et les travaux d’un célèbre alchimiste allemand du siècle précédant, Konrad Dippel. Ce qui est amusant, c’est qu’en cherchant à terrifier son entourage avec son histoire, afin de gagner le concours, Mary fut prise à son propre jeu et en fit de terribles cauchemars pendant très longtemps !

Cette histoire est publiée deux ans plus tard sous le titre original : Frankenstein ou le Prométhée moderne. Le mari de l’heureuse Mary Shelley se noie quelques années plus tard au large de la Spezia (Italie). Il est alors incinéré directement sur la plage, en présence de son ami Lord Byron.

Or, depuis peu, et grâce aux immenses progrès du génie génétique, nous savons aujourd’hui qu’il est possible de rendre la cellule immortelle. Le pont entre la fiction et la réalité est en train de disparaître …

Voici en résumé, l’état actuel de l’avancée scientifique en matière de renouvellement cellulaire :

LA SYMPHONIE DE LA VIE SE JOUE À 4 NOTES !

La double hélice de notre code génétique ne comporte que 4 lettres qui se combinent à l’infini (environ 3,2 milliards de caractères). Ce sont les lettres A (Adénine), T (Thymine), C (Cytosine) et G (Guanine). Il nous faudrait plusieurs dizaines d’années pour lire toutes les combinaisons d’une chaîne d’ADN, alors qu’une cellule réplique tout son ADN en 20 minutes environ !

Et c’est là qu’entre en jeu une science appelée « Physiopathologie génétique ». Un domaine extrêmement complexe qui permet d’étudier la manière dont évolue l’ADN au fil du temps.

Tout est inscrit dans ce véritable code de la vie et il a déjà été possible de déterminer le rôle de certains gènes sur les chromosomes (comme l’appétit, la préférence pour tel ou tel aliment ou l’utilisation de la main gauche ou de la main droite, par exemple).

Nous avons tous un patrimoine génétique unique qui change et mute constamment au fil du temps. Lors de la reproduction cellulaire, des « rétro-éléments » (qui sont considérés comme le moteur de l’évolution) modifient la configuration de notre patrimoine génétique (génome) pour permettre de nous adapter aux changements auxquels nous devons faire face (on sait, aujourd’hui, qu’il a fallu 350 millions d’années pour passer du poisson à l’être humain !).

Certains côtés sont modifiés, d’autres s’affaiblissent mais d’autres se développent.

Pour que ces changements se fassent par étape et en douceur, le code génétique comporte une « mémoire », pour conserver un équilibre appelé « équilibre mémo-stable ».

Cependant, durant les reproductions cellulaires, il est possible que certains rétro-éléments n’atterrissent pas au bon endroit sur le gène (au millième de micron près !), et cela peut provoquer des déséquilibres, des complications ou des problèmes (vieillissement prématuré, déformation, maladies dégénératives, etc).

Les centres de recherches du monde entier ont déjà découvert que certaines cellules (comme les cellules cancéreuses, par exemple) étaient « immortelles », à savoir qu’elles se reproduisent indéfiniment. Mais les scientifiques n’avaient pas encore compris pourquoi certaines cellules vieillissaient et finissaient par mourir, alors que d’autres se reproduisaient à l’infini.

LE PRIX NOBEL DE MEDECINE RECOMPENSE, CETTE ANNEE, DES DECOUVERTES SUR LES MECANISMES DE L’IMMORTALITE CELLULAIRE… ET C’EST PRECISEMENT LE THEME DE « PREMONITIONS » SORTIT QUELQUES JOURS AVANT !

C’est alors que 3 chercheurs ont découvert le principe du vieillissement. Durant la reproduction cellulaire, les chromosomes se raccourcissent au fil du temps : et ce phénomène est responsable du vieillissement, puis de la mort des cellules.

Ils ont ensuite découvert une enzyme, nommée télomérase, qui se fixe à l’extrémité des chromosomes pour les protéger ou les réparer lors de leur réplication (couplé avec une autre enzyme nommée rétro-transcriptase). Ces enzymes contrôlent, ainsi, ce phénomène de raccourcissement et, donc, du vieillissement cellulaire. Ces chercheurs ont, en fait, découvert ce que l’on  appelle aujourd’hui les « capuchons de l’immortalité » !

NOUS ALLONS BIENTÔT VIVRE PLUSIEURS DIZAINES D’ANNEES DE PLUS, ET EN BONNE SANTE !

Parallèlement, le scientifique français Bruno Robert travaille depuis longtemps sur des appareils permettant de capter certains signaux cellulaires (empreintes génétiques) afin d’en analyser le contenu et pouvoir, ainsi, renvoyer aux cellules des informations précises pour modifier certains comportement. Cette science nouvelle porte le nom de « biologie numérique ». Pour moi, c’est le début d’une forme de téléportation, mais une téléportation d’informations cellulaires.

Si l’on en croit les derniers écrits en la matière, la biologie numérique pourra bientôt arrêter, sans médicament, la progression du Sida, de la sclérose en plaques, du Parkinson, et certainement bien d’autres maladies par la suite. Hélas, une querelle de brevets entrave encore le bon déroulement de l’application de ces recherches.

ARGENT, CONSPIRATION ET POUVOIRS DE L’OMBRE…

Savez-vous qu’aujourd’hui, de nombreuses sociétés pharmaceutiques dépensent plus pour le marketing que pour la recherche ? Et qu’elles dirigent même l’orientation des recherches ? En effet, une équipe de scientifiques ne reçoit pas de fond si ses idées, aussi bonnes soient-elles, ne permettent pas une exploitation commerciale à grande échelle. Ces informations sont choquantes, mais elles sont réelles.

Je me suis alors posé la question suivante : que se passerait-il si un laboratoire indépendant découvrait un moyen inattendu de retarder efficacement l’horloge biologique, sans que cela ne coûte beaucoup, et sans avoir besoin de recourir aux médicaments ?

De combien de dizaines d’années pourrions-nous prolonger la vie ? Comment réagiraient les firmes pharmaceutiques qui dirigent le monde (du moins, en partie). Et comment réagiraient les politiques …et la société ? A quelles dérives assisterions-nous ? Y aurait-il des débordements ? Des erreurs ? Par quels moyens certaines firmes se battraient-elles pour contrer cette évolution inattendue ?

Nous ne sommes pas au bout de nos surprises …

 

Recherche Google

Publicité