Ciné-Zoom

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Accueil Stages et Ateliers STAGES DE JOURNALISME 2016/2017 - COMPTE RENDU DE STAGIAIRE
STAGES DE JOURNALISME 2016/2017

STAGES DE JOURNALISME 2016/2017 - COMPTE RENDU DE STAGIAIRE

Index de l'article
STAGES DE JOURNALISME 2016/2017
TARIFS
INTEGRER CINE ZOOMS
COMPTE RENDU DE STAGIAIRE
Toutes les pages

 

Stage effectué par Nicolas Mercier (16 ans) dans le cadre de : CINESTIVAL Marseille / Juin 2008.


Mardi 10 Juin
Mon avis sur le film : Mes Amis, mes Amours
Une comédie tragique, à l'intrigue continuellement remise en question. Un scénario intéressant enrichi d'humour. Il s'agit de l'adaptation d'un roman que je n'ai pas lu, mais je dois dire que même si cette retranscription à l'écran n'est pas fidèle sur tous les points au livre, elle rappelle bien les tracas du quotidien, le comportement tout à fait affligeant de certaines personnes qui n'est pas forcément exagéré dans ce film, et les difficultés en amour, rencontrées par certains hommes... presque tous les hommes !

Mes impressions sur la Conférence de presse : Interview de Lorraine Lévy, Vincent Lindon et Pascal Elbé.
C'était une ambiance relax parmi les journalistes au Pullman Palm Beach de la Corniche à Marseille, que les comédiens et la réalisatrice semblaient un peu tendus. J'ai assisté à des questions un peu superflues de la part des journalistes.

Pour Lorraine Levy, la réalisatrice son film est une dichotomie d'histoire d'amour et d'amitié mélangés et d'un lien fraternel entre les deux personnages principaux, chaque personnage est le miroir de l'autre. Elle voulait recréer une ambiance isolée dans ce quartier français de Londres. Elle est heureuse que cette comédie touche hommes et femmes. Ce film n'est pas à recevoir comme une leçon, mais il décrit bien les personnes d'aujourd'hui.

Lorsque que nous avons interrogé Vincent Lindon pour son rôle de Mathias, il nous a dit que pour lui le cinéma et la vie réelle se rejoignaient et qu'il ressemblait beaucoup à son personnage, il a aimé jouer l'extraverti, l'égocentrique. Vincent : "Il a la main au cœur mais ne manque pas pas de le rappeler."
Il a beaucoup aimé jouer ce personnage et collaborer avec les autres acteurs. Il a fini en nous exposant une des nombreuses faces de la nature humaine : "L'humain s'accroche à ce qu'il aime." nous a t-il dévoilé. Pour Pascal qui a aussi aimé travailler avec Vincent, le métier d'acteur est le métier de l'art du mensonge. Son personnage lui, s'enferme pour éviter la souffrance mais ne lui ressemble aucunement.

Bref après cette conférence, un apéritif pour tout le monde dans la bonne humeur tout en parlant business.

Mercredi 11 Juin
Mon avis sur le film : Seuls TWO
Film principalement construit sur les fantasmes de ses réalisateurs Eric Judor et Ramzi Bedia, qui nous fait découvrir leurs rêves d'enfants, de pouvoir faire ce que bon leur semble dans un ville totalement déserte. Un film plutôt drôle, bourré de "vannes" plutôt originales.

Le passage de la "confession" sur l'autoroute où Gervais (Eric) sort des blagues racistes ne m'a personnellement pas choqué et je ne comprend pas pourquoi certains journalistes se bornent à dénoncer un quelconque caractère raciste à cette séquence, qui pourrait être une moquerie, comme l'humour pratiqué envers les juifs ou les belges et même envers les français, car on en prend pour aussi pour notre grade dans les pays étrangers. Restons sur le mode de l'humour.

Bref des poursuites rocambolesques, des délires, une comédie mêlant amitié et humour : divertissante !

Mes impressions sur la Conférence de presse : Interviews de Eric et Ramzi

La conférence de presse s'est déroulée dans une atmosphère joyeuse grâce à Eric et Ramzi qui sont restés totalement détendus, et qui sont mêmes partis dans leur délire commun et habituel. Ils ont qualifié leur film comme émanant de Bip Bip et du Coyotte.

Et comment ont-ils réussis à tenir leurs rôles ? "On a un truc instinctif dès qu'on joue ensemble" a déclaré Eric. Ce film était en attente depuis 7 ans, ils voulaient le faire après "La Tour Montparnasse Infernale". Ils l'ont même qualifié de politiquement incorrect car leur imagination allait plus loin que le film. Eric a confié : "On auraient voulu rouler avec un avion dans les rues de Paris. On aurait aussi voulu soulever la tombe du soldat inconnu." Mais ils se sont contentés d'une Formule 1. Pour eux ils doivent délirer avant le film, pendant et après.

Écrits supervisés et corrigés par Gérard Chargé, sans dénaturer l'essentiel.
On peut signaler que Nicolas, a fait preuve d'un certain professionnalisme et d'une bonne analyse.



 

Recherche Google

Publicité