Ciné-Zoom

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Accueil Livres Ciné DEDICACES

DEDICACES

( 6 Votes )
De Luc Corlouër
 
Editions : Le Cormoran 
 
Dessins : Frédéric Médrano
Mise en vente : 25 février 2014

105 cm x 150 cm - 44 pages

Broché 2 points

8,00 € 
Cela fait maintenant quelques années que je fréquente les salons littéraires, les foires aux livres et les séances de dédicaces.
Il y règne en général une ambiance sympathique, les auteurs sont là pour réaliser la promotion de leurs livres et vendre, bien entendu. Les lecteurs, eux, sont en général assez disparates dans leur approche ; il m’a plu d’observer et d’analyser leur comportement, en modeste ethnologue non diplômé. Qu’il me soit donc permis ici de déroger à la sacrosainte règle des salons littéraires où il est de bon ton de ne pas faire autre chose que de tracer sur ses livres une dédicace plus ou moins bien sentie. Pendant les moments de répit, lors de ces manifestations, je me suis amusé à observer quelques typologies de visiteurs. Simplement destiné à faire sourire, cet essai humoristique rappellera probablement de bons moments à ceux qui fréquentent ou ont fréquenté les événements littéraires.
Amélie Nothomb a risqué : « Les gens sont les mêmes dans la lecture que dans la vie : égoïstes, avides de plaisir et inéducables. Il n’appartient pas à l’écrivain de se lamenter sur la médiocrité de ses lecteurs mais de les prendre tels qu’ils sont. » Je laisse à notre collègue Belge la maternité de cette sentence et me tourne vers Pierre Desproges qui aimant aussi à parler de ses lecteurs plaisantait : « Dans notre édition d’hier, une légère erreur technique nous a fait imprimer les noms de champignons vénéneux sous les photos des champignons comestibles, et vice versa. Nos lecteurs survivants auront rectifié d’eux-mêmes. » Je partage aussi avec Frédérique Deghelt son analyse dans La grand-mère de Jade, où elle affirme : « La plupart des lecteurs de romans sont des lectrices et je crois moi que si les femmes lisent tant c'est parce qu'elles peuvent entendre ce qui n'est pas dit et qu'elles n'ont jamais peur que les sentiments laissent sur elles ces traces qui existent déjà dans leur coeur.»
Jean-Paul Sartre prétendait dans Qu'est-ce que la littérature ? que « Les lecteurs sont toujours en avance sur la phrase qu'ils lisent, dans un avenir seulement probable qui s'écroule en partie et se consolide en partie à mesure qu'ils progressent, qui recule d'une page à l'autre et forme l'horizon mouvant de l'objet littéraire.» Montesquieu connu pour ne pas être avare en belles phrases, écrivait : « Les livres anciens sont pour les auteurs, les nouveaux pour les lecteurs. » Dans la même veine, Heinrich Böll, prix Nobel de littérature en 1972 affirmait avec justesse : « Tout écrivain commence par être un lecteur.» Stendhal, lui, philosophait quelques décennies plus tôt : « Un roman est comme un archet, la caisse du violon qui rend le son, c’est l’âme du lecteur. » Tandis que Douglas Jerrold considérait : «Il y a deux sortes de lecteurs : ceux qui traversent les livres et ceux qui laissent les livres les traverser ! »
Après toutes ces belles citations, force est de constater que généralement les lecteurs rencontrés lors des salons et dédicaces sont plutôt intéressants et avenants. Cependant, un oeil exercé m’a permis de recenser parmi eux, quelques traits de caractères que j’ai volontairement un peu forcis. Ces types de lecteurs, même s’ils restent minoritaires, ont pu être classés dans quelques familles typologiques. On retrouvera donc dans ce livret quelques types de comportements amusants qui détendront le lecteur quelques instants. Pour conclure cette introduction, il convient quand même de rappeler que sans nos lecteurs « typés » ou pas, nous les auteurs, n’existerions plus. D’ailleurs, pour rendre l’observation complète et équitable le prochain fascicule traitera des « typologies d’auteurs » et croyez-moi ce sera encore plus drôle, car là aussi de beaux spécimens existent !
« Le seul vrai lecteur, c'est le lecteur pensif. C'est à lui que ce livre est adressé.» Victor Hugo 
 
Dans cette ouvrage, nous pouvons retrouver les différentes typologies de lecteurs : 
Le retourneur - L’inconditionnelle - Le curieux - Le bavard - Le chevreuil - La directe - Le frustré - La destructrice - Le dérangeur - Le comparatrice - Le vindicatif - Le pressé - Le liseur du doigt - La fausse critique - La lectrice idéale - Le mari de la lectrice idéale - Le radin.
VOUS LES CONNAITREZ TOUS MIEUX EN LISANT CET OUVRAGE. 
 

Notre avis : Il s'agit d'une oeuvre "réaliste" à faire sourire si l'on peut dire, à l'opposé des grandes visées de certains auteurs contemporains. LUC CORLOUËR, a pu observer, explorer, le comportement des visiteurs en mettant en scène différents lecteurs, lors des salons du livre et autres dédicaces. Bravo ... " Dédicaces "est un genre littéraire qui se prête bien à la réflexion, en passant par l'évocation, l'information, la description, le portrait... Reflets dans l'œil de Luc Corlouër, les différences socialement construites, entre chaque visiteur. Partant de ce constat simple mais devenu anathème, Luc explore les tensions contradictoires. Dans ce recueil vibrant de vérité, puissant et brillamment dérangeant sur un ton personnel, drôle et pourtant informé, évoquant sans détours sa propre expérience comme celles des écrivains qui l'entourent. Mis à nu, chacun des visiteurs SE METTANT EN SCÈNE, montrent une facette de sa personnalité. Plusieurs points de vue sont abordés. Ce recueil est émaillé de nombreuses citations, il ouvre un maximum d'angles d'attaque. C'est le domaine de la pensée libre et vagabonde. Comment expliquer autrement l'importance de cet ouvrage ? Il y a sans doute le goût du public, la volonté de nous faire rire. Ce moment de répit est perçu comme un lieu de réponses alors qu'il n' est qu'un moment d'observation. Luc nous propose ses réflexions humoristiques, débattant d'un visiteur à un autre. Un recueil très bien écrit et axé sur les relations inter-humaines. L'auteur est génial, il nous montre clairement et de façon objective le regard des hommes, il expose, analyse de façon méticuleuse chaque sujet. Très réaliste (d'ailleurs basé sur des faits réels), très révélateur de la nature humaine et de ce que nous sommes capables de faire sans en avoir réellement conscience . Luc Corlouër explore le comportement de chaque visiteur en le mettant en scène... LE RETOURNEUR ... LE CURIEUX ... LE FRUSTRÉ ...LE PRESSÉ ... LA LECTRICE IDÉALE ... Etc... Une mise en  abyme vertigineuse qui se défend de toute leçon de morale. Le regard un peu partout, l'auteur, truculent... est là et nous offre son enquête, d'une grande fluidité avec une démarche, une analyse méthodique... Luc Corlouër se fait le témoin lucide et ironique de " Dédicaces." Toutes les scènes sont allègrement écrites avec une plume nette, souple, impeccable et brillante. C'est un bien fascinant recueil que celui-là et  je vous laisse le soin de découvrir le lecteur par excellence ... Déborah Derai - 5 Zooms - 

 
L’Auteur
Luc CORLOUËR est un auteur de nouvelles, de romans et d’essais né le 17 octobre 1957 à Montauban. Il est membre du Souvenir Français, de l’Association 7àlire et de l'Association des Ecrivains Bretons AEB. Luc Corlouër a d’abord publié dans les années 1990 de nombreux articles sur la guerre de 1914-1918 dans différentes revues historiques. On retiendra notamment ses publications issues de recherches sur les lieux et champs de batailles de Champagne et d’Argonne, ainsi que sur les nécropoles nationales. Il aborde au début des années 2000 un sujet méconnu : l’affaire des Canadiens d’origine française dans l’article "Les Bretons de Beaumont-Hamel" paru dans la revue annuelle de Bretagne 14-18. En 2007, il publie aux Editions Le Cormoran son premier roman, La Tourmente-Kenavo couronné par le prix des Bretons de Paris. Un bel essai historique publié en 2009 a mis en lumière la petite ville de Tréguier dans les Côtes d’Armor, essai intitulé Tréguier Autrefois salué par la presse. En 2011, toujours aux Editions Le Cormoran, il a publié Simon de Montauban, son deuxième roman, celui-ci obtenant un vif succès local. En 2013, lors du salon des Ecrivains à Paris XVIe, il remporte le deuxième prix de la nouvelle des Bretons de Paris avec Sale gravier2014 sera l’année de la sortie chez Ramsay de l’essai Edgar Faure, secrets d’état, secrets de famille écrit en collaboration avec Rodolphe Oppenheimer-Faure, petit fils du Président. Cet ouvrage atypique sur le grand homme permettra au lecteur de découvrir la vie privée et la face cachée de l'homme politique.

Déjà publiés
La Tourmente Kenavo Editions Le Cormoran - 2007, Roman Prix Des Bretons de Paris
Tréguier Autrefois Editions Le Cormoran - 2009, Essai Historique
Simon de Montauban Editions Le Cormoran - 2011, Roman
Edgar Faure Secrets d’Etat – Secrets de famille - Ramsay - 2014 Essai coécrit avec Rodolphe Oppenheimer-Faure
 
Publications à venir
ROMANS
Adieu à l'Afrique, roman historique
Ar person - La Chapelle des Chiffonniers, roman historique
De Port-Louis à Port-Louis, roman historique
Un million de miles, roman contemporain
Ibrahim, roman contemporain
 
ESSAIS
Dédicaces, Typologies d'auteurs
Mots de Quercy, recueil photographique
De Trégor suis.., recueil photographique
Tréguier à l'époque d'Ernest Renan, essai historique
 
NOUVELLES
Boulevard des Bonnes Nouvelles 
 

Frédéric MEDRANO

Dessinateur et illustrateur, Frédéric Médrano a participé depuis 1988 à plusieurs aventures éditoriales en réalisant des illustrations et des planches pour des magazines BD. Il a en parallèle commencé une activité de peintre et a exposé notamment à Barcelone, à Paris, au pays Basque et à Toulouse.

Frédéric est connu pour ses recueils de textes illustrés "diurne-nocturne" ainsi que pour ses affiches, catalogues d'expos et albums BD.

La rencontre

Les deux auteurs se sont rencontrés dans les salons du livre dans le sud-ouest de la France. L’idée de collaborer sur un projet commun avait fait son chemin depuis plusieurs années. 
 

Recherche Google

Publicité