Ciné-Zoom

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

SANDRINE KIBERLAIN

Index de l'article
SANDRINE KIBERLAIN
Sa filmographie
Toutes les pages
Sandrine KiberlainActrice et chanteuse française


Née le 25 février 1968 à Paris, d'un expert comptable qui a connu sa femme dans un atelier de théâtre, Sandrine Kiberlain est une enfant solitaire qui aime faire rire son entourage, elle est très tôt attirée par la comédie. Lycéenne, elle parle de ce désir à Francis Huster, qui lui propose de venir observer le travail des élèves du Cours Florent. Le bac en poche, elle y sera admise en classe libre. Elle suit ensuite un stage avec Pierre Romans.
Sandrine Kiberlain
 
Elle intègre ensuite le Conservatoire National d'Art Dramatique de Paris où elle étudie sous la direction de Catherine Hiégel et Daniel Mesguich. C'est aussi l'année de son premier rôle au cinéma si l'on excepte une figuration dans Cours privé et une silhouette dans Cyrano de Bergerac en ayant passé des scènes du Cid et de...Annie Hall. Au cinéma, elle décroche le rôle d'une call girl dans "Les Patriotes" d'Eric Rochant, prestation qui lui vaut une nomination au César du Meilleur espoir en 1995.

Sandrine Kiberlain
Elle est sollicitée par les jeunes réalisatrices Sophie Fillières pour son court-métrage "filles et des chiens", primé dans de nombreux festivals, puis dans le moyen métrage "Comment font les gens", Laurence Ferreira Barbosa pour son long-métrage "Les gens normaux n'ont rien d'exceptionnel", en passant par Pascale Bailly dans "Comment font les gens".

Elle accède véritablement au long par le biais de la comédie, avec "Sexes faibles !", aux côtés de Valérie Lemercier. Elle rencontre bientôt une autre cinéaste prometteuse, Laetitia Masson, qui lui offre le rôle principal de son premier long métrage, "En avoir (ou pas)". Tâches de rousseur et allure gauche, elle y campe Alice, ouvrière à la recherche de l'amour et d'une place dans la société, avec à la clé un César du Meilleur espoir en 1996 et  le Prix Romy-Schneider en 1995. Une belle complicité se noue avec la réalisatrice, qui écrira pour elle deux personnages de femme en quête d'identité, dans "A vendre" en 1998 qui la montre, vision inaccessible, fuyant les hommes et son destin sur les routes de France qui lui vaut une nomination au César de la Meilleure actrice puis "Love me".

On la revoit en épouse de Mathieu Kassovitz dans "Un héros très discret" de Jacques Audiard qui lui vaut une nomination pour le César de la meilleure actrice dans un second rôle et en celle de de Fabrice Luchini dans "Beaumarchais l'insolent" d'Edouard Molinaro. Elle retrouve Vincent Lindon en cleptomane traitée par l'hypnose en 1997 pour "septième ciel" de Benoit Jacquot qui lui vaut une nomination au César de la Meilleure actrice. Elle reçoit le Prix Romy Schneider en 1995. Elle a été membre du jury du festival de Cannes en 2001.
SANDRINE KIBERLAIN
Elle est à l'affiche de comédies dans lesquelles son authenticité et son sens du rythme font merveille "Rien sur Robert", "C'est le bouquet !" et se délecte à dire du Guitry dans "Quadrille" ou du Marivaux "La Fausse Suivante". Elle est la fille de Michel Piccoli dans le drame "Tout va bien, on s'en va", elle incarne une mère tourmentée dans "Betty Fisher et autres histoires" de Claude Miller en 2001. Elle s'illustre au théâtre dans "Le roman de Lulu", pour lequel elle a remporté le Molière de la révélation de l'année.
Sandrine Kiberlain
Elle sort le 14 mars 2005 son 1er album en tant que chanteuse sous le titre "Manquait plus qu’ça" et participe depuis quelques années à la grande tournée des Enfoirés. Elle revient au cinéma en 2006 avec deux films très ancrés dans la société contemporaine, "Très bien, merci" et "La Vie d'artiste". Elle sot un nouvel album à l'automne 2007 "Coupés bien net et bien carré" qui comporte le single "La Chanteuse". Auteur de tous les textes, elle s'est entourée pour la composition de ce second opus d'Etienne Daho, de Mickaël Furnon (Mickey 3D), de Camille Bazbaz et de Pierre Souchon (fils d'Alain Souchon).

Adepte de l'autodérision, elle campe une attachante godiche dans "Romaine par moins 30", comédie sortie en 2009, année chargée puisqu'elle est aussi à l'affiche de deux adaptations littéraires, "Mademoiselle Chambon", qui marque ses retrouvailles avec Vincent Lindon et "Le Petit Nicolas."

Sandrine Kiberlain est une des marraines de l'association humanitaire La Chaîne de l'Espoir. En 2009, elle est membre du jury du 35ème festival du cinéma américain de Deauville.

Elle est ensuite à l'affiche de deux succès publics et critiques, elle campe la femme très bourgeoise de Fabrice Luchini dans la comédie de mœurs "Les Femmes du 6e étage" puis prête ses traits à l'un des personnages du film coup de poing de Maïwenn sur le quotidien de la brigade des mineurs, "Polisse". Elle y interprète une épouse qui doit faire face aux penchants incestueux de son mari à l'égard de leurs enfants. Après ce rôle à la tonalité grave, elle change de registre et prend la tête d'un groupe de soutien aux adultères anonymes dans le film à sketches "Les Infidèles". Malgré ces trois percées au box-office, elle reste fidèle à ses principes et n'hésite pas à s'engager dans des projets plus mineurs, comme "L'Oiseau" ou encore "Pauline détective", une comédie qui lui donne l'occasion de retrouver Marc Fitoussi.
Sandrine Kiberlain
Elle rejoint en 2013  la distribution des films "Tip Top" de Serge Bozon et "Les Gamins" d'Anthony Marciano. L'année suivante, elle obtient le César de la meilleure actrice pour son interprétation dans la comédie "9 mois ferme" d'Albert Dupontel.
Sandrine Kiberlain
L'année suivante, elle est à l'affiche avec Laurent Laffite.du film "Elle l'adore". Encore une fois, la performance de l'actrice est remarquable et lui permet d'être nommée au César de la meilleure actrice. Elle est couronnée du Valois d'or du 7ème Festival Du Film Francophone D'Angoulême 2014. Elle rejoint ensuite le film de Denis Podalydès, "Comme Un Avion", avant de jouer aux côtés de Jean Rochefort dans "Floride" de Philippe Le Guay.

Début 2016, elle est à l'affiche du film "Encore Heureux" aux côtés d'Edouard Baer, puis de "Quand On A 17 Ans" d'André Téchiné. En mai 2017, elle préside le jury de la caméra d'or au 70ème festival du film de Cannes.


 






Site officiel: http://www.sandrinekiberlain.com/








Photos:
Thierry Vaslot (A.C.R.)



 

Recherche Google

Publicité